Il était une foi, Muhammad Ali

duse_ali

“Tu t’prends pour Cassius Clay ou quoi ?!?” Cette phrase, on l’entendait souvent dans les années 70, quand dans la cour de récréation la tension devenait palpable et que l’un d’entre nous jouait les durs. On avait beau être à bonne école, ce Cassius Clay, on ne savait pas trop qui c’était. Il faut dire qu’on n’était que des gamins. On devinait bien que ça venait des Américains et que ça avait tout l’air d’être un super héros. Mais pour le reste…

Mandatory Credit: Photo by Startraks Photo/REX (522991bn) Nelson Mandela and Muhammad Ali DINNER IN HONOUR OF NELSON MANDELA, TRIBECA GRILL, NEW YORK, AMERICA - 12 MAY 2005
Résistance pacifique

Et puis on a grandi, et là, on a appris, que ce fameux Cassisus Clay était en fait Mohamed Ali, un champion de boxe, un grand, le plus grand ! On a raccroché son histoire à celle de son pays, avec la lutte pour les droits des noirs aux Etats-Unis dans les années 60. Et on a compris que s’il avait changé de nom, c’était pour envoyer un message, poser un acte de résistance. Une façon de s’affirmer aussi en-dehors du ring. Et d’assumer son rapprochement avec l’organisation poltico-religieuse Nation of Islam. Un choix qui n’a pas fait que des heureux au pays de l’oncle Sam. Comme c’est autre prise de position, en 1967, quand Ali refuse de participer à la guerre du Vietnam car « Aucun Vietcong ne m’a jamais traité de nègre ». Allez boum, quatre années au placard !

ali_jordanSportif éclairé

Quand Ali revient, il met à nouveau tout le monde KO, mais aussi de plus en plus de gens d’accord. Sa grande gueule laisse apparaître un bel esprit de fraternité. Son discours engagé se marie avec une  grande force spirituelle puisée dans son choix d’épouser l’islam comme religion. Car Ali utlise ses poings pour les mettre sur les “i”, point barre !

ali-beatles
“Religion et spiritualité sont deux choses différentes, mais les gens les confondent souvent”. Ali au fil des ans devient plus qu’un grand champion de boxe. Il est philosophe et relève les nuances. Ali ne se bat plus seulement pour la cause des noirs, il se bat contre toutes les injustices. Guidé par sa foi en Dieu, Ali continue d’avoir réponse à tout, toujours avec son côté provocateur, mais sa tendresse et sa sensibilité commencent à rassembler quand d’autres continuent à vouloir diviser.

Fausse arrogance, vraie humilité

Boxeur d’exception, Ali est également une personnalité hors du commun. Et lorsque son adversaire le plus coriace, un certain Parkinson, vient l’attaquer au corps en 1984, le natif de Louisville  fait cette déclaration : “Il (Dieu) m’a donné la maladie de Parkinson pour me montrer que je n’étais qu’un homme comme les autres, que j’avais des faiblesses, comme tout le monde. C’est tout ce que je suis: un homme.” Face aux hommes, Ali n’a jamais été humble, mais il l’est face à Dieu. Et l’homme qui faisait trembler tant de gens, tant de gants, va trembler durant 32 ans… Jusqu’à ce 3 juin 2016. Avant de recevoir un hommage grandiose et planétaire lors de ses funérailles.

Le sage héritage

Ali a donc bel et bien fini par faire l’unanimité autour de lui. Comme Martin Luther King. Comme Nelson Mandela. Comme d’autres résistants. Qui souvent malmenés de leur vivant deviennent des exemples une fois mort.

barack_ali
Pour Ali, rien n’était impossible ! Il avait trop d’imagination pour ça. Il raillait souvent ses adversaires à travers des poèmes, mais aujourd’hui certains d’entre nous ont compris qu’Ali mettait beaucoup de poésie dans sa vie… malgré la maladie. Muhammad Ali était un homme de paix, avec un coeur encore plus fort que ses poings. Fier d’un tel parcours, Ali a mûri, c’est sûr, mais quand on voit la reconnaissance à présent déclarée, pourquoi lui avoir mis tant de coups sous la ceinture ? Pourquoi  tant de doutes, de suspicions ou d’accusations pour cet homme quand il s’engageait dans ses premiers combats contre les inégalités ? “Celui qui n’est pas sage ne peut pas leurrer celui qui l’est” avait l’habitude de dire Muhammad Ali.

ali_jayEt bien, dans ce monde, nous avons plus que jamais besoin de voix de la sagesse. C’est elles qu’il faut écouter, pas l’inverse. C’est elles qu’il faut libérer, pas laisser étouffer. Et à ce titre RIP Muhammad Ali. Respect In Priority. Car aujourd’hui chacun sait qui est Cassius Clay, mais beaucoup rêve d’être Muhammad Ali. Lui, il  vous l’a dit, il n’était qu’un homme, mais un homme de combat. Au propre comme au figuré. Et aujourd’hui, Dieu merci, il reste des papillons et des abeilles, il reste aussi des gens inspirés, courageux, honnêtes et solidaires. Ce n’est pas sur eux qu’il faut cogner.

L’Eau De Renaud.