Greatest Of All Time

Si Michael Jackson, le King of Pop et The GOAT te sonnent pour te dire que tu dois continuer à rester toi-même et t’inspirer des meilleurs dans ta discipline, il va de soi que tu les écoutes et tu t’appliques.

Désolé de faire mon JCVD mais certaines expressions ont plus d’impact dans la langue de Shakespeare que dans celle de Molière. Subséquemment et de manière pratique l’#mygoat ne veut pas dire “ma chèvre”. En effet, GOAT est un acronyme de Greatest Of All Time.

Dans notre cas, il semble bien évident que je ne fais pas allusion à Michael Jordan mais bien à Kobe Bryant. Attention, attention, je vois déjà les sourcils se lever. Laissez-moi d’abord m’exprimer et puis vous ferez ce que bon vous plaira.

kb24_press_conf
Suite à notre retour de Los Angeles où nous avons tourné un documentaire pour DUSE Magazine sur les rivalités basket de la cité des anges. Nous avons donc eu l’opportunité de vivre les derniers instants de Black Mamba affichant fièrement ses couleurs “purple & gold”.

Une chose est garantie,  pour mieux comprendre #mambaout, mieux vaut souligner certains points pertinents de la carrière de ce génie de la balle orange. Kobe Bryant ne suscite pas que l’admiration des fans de sports. Loin de là, il a souvent été vu comme l’anti-christ qui tentait de se substituer à MJ. Une pâle copie de sa Majesté Air Jordan avec une arrogance d’adolescent insolant. Certains d’entre vous se rappellent encore l”airball party” de Kobe le Rookie face aux Utah Jazz de Malone et Stockton lors du Game 5 des playoffs 1997. Assez impressionnant sachant que 20 ans plus tard, c’est cette même équipe d’Utah qui dansera le Jazz pour la Mamba Out Party sous le rythme cadencé de ses 60 points.

Un parallélisme unique qui justifie à merveille ce que Kobe Bryant représente, non seulement pour les fans de la balle orange, mais aussi pour monsieur et madame tout le monde. Dans un monde où l’on oublie que demain n’est pas garanti, dans un monde où la loyauté n’est qu’une vague notion exprimée dans les Chevaliers du Zodiaque, dans un univers professionnel où les athlètes fuient leurs responsabilités sportives en courant derrière l’argent (voir Di Maria ou LBJ), subitement un Kobe Bryant fait figure de tour de Pise.

Kobe_Bryant_Duse_Magazine_Vault
— Kobe Bryant during the LA Lakers Parade in 2010 @DuseMagazine

Subtilement, des tentations, il y en a eu, comme dans tout bon mariage, mais cette union entre Kobe et les Lakers a bel et bien été pour le meilleur et pour le pire. Force est de constater qu’un meilleur management aurait mieux encadré KB24 et lui aurait proposé des équipes plus compétitives. Malgré cela, Kobe n’a pas arrêté un seul instant de continuer la poursuite de son rêve. Malgré les blessures, les défaites, les humiliations, Mamba est resté Mamba. A la recherche de l’excellence, il nous a fait comprendre que l’argent ou la gloire ne sont pas les plus importants. Mais la passion, elle, elle l’est. Le bonheur n’a pas d’odeur tout comme sa valeur n’est pas quantifiable. Toutefois, quand il se présente à nous, ce n’est jamais de manière inattendue. Car toutes ces années de travail et de dur labeur justifient pleinement la satisfaction et le bien-être après une tâche bien accomplie.

My GOAT Pt.II

Aimer, c’est accepter de souffrir. Pour être le meilleur, il faut s’attendre à souffrir mais il faut aussi savoir s’inspirer des meilleurs, apprécier leurs parcours tout en restant un étudiant de la discipline choisie. Etre le meilleur, c’est accepter ses différences et reconnaître ses faiblesses. Comme ma mère me disait, celui qui connaît ses limites est une personne sans limite. Car il n’y a qu’en prenant connaissance de celles-ci qu’on prend conscience du chemin qui reste à parcourir. Il va de soit qu’avoir un guide est une plus value. Car le chemin est long et vous fait parfois prendre des routes inédites.

duse_la-1646@vincent van hoorick

En conséquence, lorsque l’un de vos guides s’appelle MJ, non pas Jordan, mais Jackson, il va de soit que c’est le genre d’inspiration qui ne vous laisse pas indifférent. Suite à cette fameuse « airball party », Kobe faisait le Kobe, en d’autres mots, certains diront qu’il faisait l’insociable, MJ, lui, l’avait encouragé à accepter d’être différent, d’être lui-même et à continuer à bosser tout en s’inspirant des meilleurs de sa discipline, comme MJ l’avait fait auparavant dans sa discipline.

Deux décennies plus tard, Mamba se retrouve être la source d’inspiration, aussi bien de ses homologues de la balle orange que pour les artistes en tout genre de notre culture pop. Suite au buzz sur les réseaux sociaux du t-shirt de Kanye lors de la « mamba out party », Yezi n’a pas hésité une seule seconde à le commercialiser.

kobe-front_grande_o5pcse
kobe-back_grande_o5pcst

Image by KanyeWest.com

Le sport est une métaphore de la vie. Ce que nous sportifs ou anciens pros parcourons en 10 ans de carrière correspond à 20 ans de vie courante. Les hauts et les bas, les revers et les joies, tous ces éléments nous aident à définir notre quotidien. Quand je voulais baisser les bras, que j’étais au creux de la vague, de l’autre côté de l’Atlantique, je voyais un type du même âge que moi, qui se battaient corps et âme pour assouvir sa passion. Et Dieu sait que la passion est contagieuse. Pendant 20 ans, Kobe nous a rappelé la splendeur de Jordan tout en nous offrant une carrière exemplaire qui lancera l’assaut de la nouvelle garde. De King James à Chef Curry, tous sont passés par la Kobe académie.

Aujourd’hui, l’almanach de sa carrière est peut-être finalisé mais sa passion nous inspirera encore pendant de longues années. Voilà pour quoi Kobe Bryant is MY GREATEST OF ALL TIME.

Duke Tshomba