DUSE Magazine | Antoni Coppi @AntoniCoppi

Malgré sa défaite lors du dernier Super Bowl, Tom Brady reste le genre d’histoire dont l’Amérique raffole.

The Greatest Of All Time… Voilà un sujet passionnant, un sujet sans fin dont personne ne se lasse. C’est d’ailleurs fascinant de voir à quel point ce sujet passionne les gens alors qu’il est incompatible avec le point final. En fait, chacun à son GOAT et personne ne sera jamais d’accord.

Deux écoles s’affrontent. Celle du talent face à celle du palmarès. Car après tout, que demande-t-on à un sportif ? D’être le meilleur ou de gagner ? Les deux semblent indissociables certes, mais l’incertitude et la beauté du sport font qu’on peut gagner sans être le meilleur. Restons focalisés ici sur le football américain. Tom Brady est très certainement le meilleur exemple en NFL.


Trois noms reviennent souvent quand il s’agit de parler du GOAT. Joe Montana, Peyton Manning et Tom Brady. N’oublions pas le coureur Jim Brown, même s’il paye le fait d’avoir été joueur avant l’ère du Super Bowl. La NFL ne déroge pas à la règle, on ne peut pas comparer des joueurs de deux époques. Joe Montana a imposé sa loi en NFL dans les années 80, une époque où le jeu était moins orienté vers la passe et beaucoup plus rude. Gagner quatre Super Bowl à cette époque est un immense exploit, surtout que « Joe Cool » a toujours réalisé des prestations 5 étoiles dans ce match.

Tom Brady dressed as Joe Montana when he was a kid.
Tom Brady dressed as Joe Montana when he was a kid.

Au moins, Brady et Manning ont joué à la même époque, ce qui nous a valu des duels épiques pendant un peu plus d’une décennie. On peut donc jouer le jeu de la comparaison ! Ils ont un point en commun : leur travail. Ces mecs sont des machines surhumaines, de véritables ordinateurs. Ils savent sur chaque action quel défenseur adverse offre un matchup favorable. Tout est millimétré, parfaitement exécuté. On ne peut pas vraiment les départager sur ce point. Si ce n’est que tout semblait plus naturel pour Peyton Manning. Tout le monde s’accorde pour dire que Tom Brady n’est pas le plus talentueux de ces trois joueurs. Mais que c’est sa détermination et son énorme travail qui lui ont permis de s’élever à leur niveau.

Facts Only Brady vs Manning
Facts Only Brady vs Manning

 


Mais au final, qu’est-ce qu’on attend d’une équipe, d’un sportif ? Qu’est-ce qui fait de lui le meilleur ? Que retient-on ? Les victoires. Regardez LeBron James, on lui reproche deux choses : « The Decision » et son bilan en NBA Finals. Au niveau du palmarès, Manning a beau avoir placé la barre très très haut en saison régulière, Brady est un cran au-dessus en playoffs. Au moment où ça compte le plus ! En gros, on pourrait résumer la situation ainsi : si vous voulez le meilleur quarterback, vous prenez Manning. Si vous voulez gagner, vous prenez Brady.

Lebron a fait son choix sur the GOAT.
Lebron a fait son choix sur the GOAT.

Puis, il faut mentionner la longévité. Des trois quarterbacks qui se disputent le titre de GOAT, Brady est celui qui a été le plus épargné par les pépins physiques. Ce n’est pas la seule raison de sa longévité exceptionnelle. Tom Brady ne laisse rien au hasard dans son hygiène de vie. Pour caricaturer, ce que consomme Brady doit se limiter à l’eau, au pain sec et des légumes. Il investit énormément pour son corps, à l’image d’un LeBron James. C’est d’ailleurs l’un des rares points où l’on peut faire une comparaison logique entre un footballeur américain et un basketteur. Leur niveau de jeu est incroyable pour leur âge. Et le fait qu’ils s’investissent autant pour leur corps n’y est pas étranger.

Tom Brady est l’exemple même de l’éthique de travail, du dépassement de soi. Il prouve que vous ne devez pas être attendu comme une future légende dès votre plus jeune âge pour le devenir. Vu d’ici, tenir un régime alimentaire aussi strict pour performer aussi longtemps semble relever du miracle dans un pays comme les États-Unis. Brady, c’est l’outsider qui a créé la surprise et a confirmé derrière. Pour un Brady, combien ont créé la surprise pour disparaître ensuite ?


Alors vous me direz, Brady, c’est aussi le Deflate Gate, cette sombre histoire de ballons dégonflés en finale de conférence gagnée contre les Colts, juste avant de battre les Seahawks au Super Bowl. Les Patriots, c’est le Spy Gate, et ces caméras placées là où elles ne devaient pas pour mieux cerner l’adversaire. Il est là le gros point noir de sa carrière. Il aura beau encore aller au Super Bowl, le gagner ou le perdre, cette étiquette de tricheur lui collera à la peau. Je ne suis pas du genre à chercher des excuses à ces cas de tricherie(s) dans le sport. Tout le monde cherche la limite. Certains la dépasse parfois à force de trop jouer avec. Je vais peut-être paraître naïf mais peut-on expliquer un tel succès que celui de Brady, de Belichick, des Patriots avec ces deux cas ? Pour moi, c’est non.

KB24 est down avec Tom Brady.
KB24 est down avec Tom Brady.

En tout cas, ça ne m’enlèvera pas de la tête que Tom Brady est mon Greatest Of All Time. Oui, il y a cette connexion avec Bill Belichick et son organisation parfaite, dont seul Gregg Popovich et ses Spurs n’ont pas à être jaloux aux USA. Brady aurait-il eu cette carrière sans Belichick et vice versa ? C’est tomber dans la NFL-fiction, mais la tendance est au non. Auraient-ils eu du succès malgré tout l’un sans l’autre ? Sans aucun doute, oui. Et si pour certains, ça élimine Tom Brady du titre de GOAT, je ne suis pas convaincu. Vos systèmes ont beau être les meilleurs du monde, il vous faut quelqu’un capable de les exécuter. Tom Brady est ce quelqu’un.

Si Brady est mon GOAT, c’est pour cette capacité à gagner des matchs, pour cette longévité mais aussi pour cette attente entre son troisième et quatrième titre. Dix ans entre les deux – et donc un jeu qui a forcément évolué – deux Super Bowl perdus, une saison blanche et pourtant, cette impression que Brady est toujours un peu plus fort, malgré l’âge. Tom Brady a toujours su s’adapter, transformer des receveurs no-names en All-Pro, qu’importe l’âge, qu’importe l’évolution du jeu. Et si Peyton Manning a aussi attendu très longtemps entre ses deux titres, son dernier était avant tout dû à sa défense.

Patriots Icones - Mr Kraft, Coach Belichick & Tom Brady
Patriots Icones – Mr Kraft, Coach Belichick & Tom Brady

Ce qu’il y a de beau avec Tom Brady, c’est qu’à chaque début de saison, on se demande si c’est sa dernière. Á l’aube de la saison 2014, il l’avait dit : « when I suck, I’ll retire » et tant pis si Gisèle n’est pas de cet avis. Son début de saison était catastrophique, et il a pourtant redressé la barre pour aller chercher sa quatrième bague et égaler Terry Bradshaw et Joe Montana. Un jour, Tom Brady entrera sur la pelouse pour livrer une prestation mauvaise, qui sera suivie par d’autres. Ce jour-là, une page de l’histoire de la NFL se tournera. Et c’est peut-être quelques années après son départ que le point final du GOAT fera son apparition. Mais pas le point final d’une histoire, mais celui d’un chapitre. Car le point final est incompatible avec le débat du GOAT.